Be
hind
the
num
bers

Derrière les chiffres / Les marchés primaire et secondaire

Les marchés primaire et secondaire

Lorsqu’une entreprise a besoin de fonds pour se développer, elle peut mettre en vente une partie de son capital social : c’est l’introduction en bourse ou IPO (Initial Public Offering) qui obéit à des règles strictes de transparence. De telles introductions se font sur le marché primaire. C’est le seul moment où l’entreprise va obtenir des moyens de financement. Par la suite, sur le marché secondaire, elle ne touchera rien des échanges de ses actions entre investisseurs. C’est par ce biais que la Bourse finance l’économie et permet aux détenteurs du capital d’une entreprise de mutualiser leurs risques.Le passage du marché primaire au marché secondaire est instantané : dès qu’une valeur mobilière « neuve » a été émise et cotée, elle devient disponible sur le marché secondaire.
Le marché secondaire est, en fait, ce qu’on appelle communément la Bourse. Les actions y passent d’un épargnant à l’autre avec des variations de cours qui ne reflètent pas seulement la santé de l’entreprise émettrice, mais aussi l’idée que les investisseurs se font de l’avenir. La Bourse est une machine à voyager dans le futur. Cet échange de titres permet à la bourse d’assurer la liquidité et la mobilité de l’épargne.Les transactions d’achat et de vente d’un titre se réalisent sur une plate-forme électronique appelée « carnet d’ordres » – décomposé dans l’intervention ci-contre – qui recense les 5 meilleures offres (vente) et les 5 meilleures demandes (achat) pour ce titre. L’équilibre entre ces deux positions détermine le cours (la cote) du titre financier.Les carnets sont tenus par les Bourses (par exemple Euronext Bruxelles). Un particulier ne peut intervenir directement sur un carnet ; son ordre doit transiter par un courtier ou une banque auprès desquels il possède un « compte titres ».

Plan 1 2 3 4 5
You are here