A

Action donnant droit à un dividende fixe garanti. Ce titre offre généralement un meilleur rendement, mais une liquidité moindre que les actions ordinaires. TreeTop AM recourt parfois à ce type d'investissement, à défaut d'obligations convertibles existantes. Comme ces actions n'offrent pas la protection du plancher obligataire, il faut soit qu'elles offrent un rendement particulièrement attractif, soit qu'elles présentent une décote élevée et anormale par rapport aux actions ordinaires.

Répartition des différentes parties d'un portefeuille entre classes d'actifs (actions, obligations, liquidités, placements alternatifs...) en fonction des objectifs et des contraintes de l'investisseur. En combinant les avantages des actions (croissance) et des obligations (protection du capital), les obligations convertibles offrent une réponse originale et créatrice de valeur ajoutée à cet épineux problème.

Opération d'achat et de vente en vue de tirer bénéfice des différences de cours entre deux valeurs (sur des titres, des devises...) sur une même place ou entre deux places différentes sur la même valeur. Dans le domaine des convertibles, technique utilisée par les hedge funds consistant à acheter une obligation convertible et à vendre simultanément l'action de la même société dans l'espoir de réaliser un gain différentiel. TreeTop AM ne recourt jamais à ces techniques sophistiquées et n'investit que de manière longue en obligations convertibles.

Particularité des convertibles de participer davantage à la hausse qu'à la baisse de l'action sous-jacente (voir convexité). Ceci est dû à l'effet amortisseur du plancher obligataire.

B

Indice de référence pour juger de la performance relative d'un portefeuille ou d'un fonds d'investissement. Les fonds TreeTop AM ont pour objectif de réaliser à long terme des performances supérieures à celles des grands indices boursiers, tout en présentant un profil de risque inférieur. La comparaison avec l'indice MSCI World, flatteuse à long terme, n'est toutefois donnée qu'à titre purement indicatif, car nos fonds sont opportunistes et visent à des performances absolues, indépendamment de toutes références sectorielles ou géographiques.

C

Clause optionnelle prévue dès l'émission d'une convertible et autorisant l'émetteur à rembourser anticipativement l'emprunt, soit inconditionnellement à partir d'une certaine date (hard call), soit en fonction d'un seuil (trigger), généralement situé à 130%, atteint par le sous-jacent action (soft call). La proximité d'un call exerçable a un effet important de compression de la prime de conversion. La survenance d'un call peut inciter le gestionnaire à demander la conversion de l'obligation en action si cette dernière lui paraît encore sous-évaluée.

Valeur totale d'une entreprise à un moment donné, obtenue en multipliant le cours de bourse par le nombre d'actions en circulation. On distingue généralement les large caps (>2 milliards $), les midcaps (entre 0,4 et 2 milliards $) et les small caps (< 0,4 milliard $). La capitalisation boursière et le volume de titres traités quotidiennement permettent de juger de la liquidité des actions sélectionnées.

Il indique le taux de rentabilité interne des investissements, en rapportant les rendements générés aux fonds propres tout en tenant compte de l'amortissement. Plus ce ratio est élevé, meilleure est la gestion des actifs, et plus la valeur de l'entreprise progresse.

Moyenne des estimations bénéficiaires calculées par les analystes et publiées par des banques de données spécialisées (IBES, First Call, Nelson, Zacks, Toyo Keizaï...). Nous utilisons ces données car elles reflètent les attentes moyennes du marché sur les valeurs et permettent de quantifier de manière relativement objective un certain nombre de paramètres (taux de croissance à long terme, ratio cours-bénéfice, cherté relative, DDM ...). La connaissance plus approfondie des sociétés et des secteurs, au travers d'une lecture critique des études détaillées publiées permet de valider ensuite s'il y a lieu de se montrer plus ou moins confiant par rapport aux consensus.

Décision de demander la transformation de l'obligation convertible en action. Le gestionnaire avisé n'y recourt normalement que lorsqu'il ne peut pas faire autrement. En effet, il perd, en convertissant, la salutaire protection (plancher obligataire) attachée aux obligations convertibles. Rien ne l'empêche de laisser une convertible grimper à 200% voire 500%... Il pourra cependant choisir de convertir, en cas de remboursement anticipé (ou call), ou de manque de liquidité sur le marché secondaire des obligations concernées. Bien entendu, la décision de convertir ne se prendra que si le potentiel de croissance de l'action reste important. Les convertibles sont généralement convertibles à tout moment jusqu'à l'échéance, mais il y a des exceptions (Taiwan...) qui auront une incidence sur la négociabilité et la valorisation des titres.

Expression mathématique de la dérivée seconde du delta ...! Plus prosaïquement, il s'agit de la différence de sensibilité de l'obligation convertible à la hausse ou à la baisse de l'action (voir asymétrie). On se trouve ici au coeur-même de l'extraordinaire efficacité des convertibles dans la problématique du rapport risque / rendement.

Certaines obligations convertibles domestiques sont officiellement cotées, et donc négociables en bourse, sur leur place d'origine (Japon, France, Suisse,...). Le véritable lieu de négociation des convertibles se situe toutefois hors bourse, auprès des nombreux intermédiaires spécialisés (market makers), qui publient leurs fourchettes de prix en temps réel sur Reuters ou Bloomberg. Les obligations convertibles sont normalement cotées en pourcents, certains pays (dont la France) préférant la cotation à l'unité, pour la plus grande joie des gestionnaires...

cours, fixé au moment de l'émission, auquel l'obligation convertible peut être échangée contre des actions. Ce cours correspond à un ratio de conversion du nominal de l'OC en un certain nombre d'actions. Exemple : Teva Pharmaceutical 0.25% 2010 est convertible au cours de USD 35.26. Ce cours correspond à un ratio de conversion de 28.36 actions par USD 1000 de nominal.

Ecart de taux d'intérêt, exprimé en points de base (bps), que doit donner, sur une même maturité, un emprunt émis par une entreprise par rapport à un emprunt d'Etat. A titre d'exemple, ce spread sera de l'ordre de 20 bps (soit 0,20%) pour une société de premier ordre (notation ou rating AAA ou AA) alors qu'il pourra facilement atteindre 200 bps pour une société plus risquée (rating B). Le niveau général des spreads fluctue bien entendu en fonction de la conjoncture économique: ils augmenteront très fortement en période de récession (dernière pointe cyclique en octobre 2002) pour diminuer lorsque l'économie redémarre. Le gestionnaire se doit d'être attentif à toute dégradation de ces spreads, car ils constituent un élément déterminant du niveau du plancher obligataire, clé de voûte de la maîtrise du risque chez TreeTop AM.

D

Degré de sensibilité (entre 0 et 1) d'une obligation convertible aux mouvements de cours de son sous-jacent action. Un delta de 0.50 signifie que la convertible a tendance à monter ou à baisser de 5% pour toute hausse ou baisse de 10% du cours de l'action. Le problème est que le delta lui-même est corrélé positivement avec le cours de l'action et qu'il n'est pas symétrique: l'analyse statistique donne en fait une seule valeur de delta, qui n'est valable qu'au moment même et qui ne rend pas compte de la sensibilité différenciée de la convertible à la hausse ou à la baisse (asymétrie). Nous préférons dès lors utiliser de manière conjointe les notions de prime de conversion et de distance au plancher obligataire pour avoir une idée du comportement attendu d'une convertible en fonction de la hausse ou de la baisse de l'action.

Effet de diminution des résultats calculés par action unitaire, en raison de l'accroissement du nombre d'actions en circulation provoqué par la conversion. Cette dernière n'est dilutive que dans l'hypothèse où l'émetteur crée de nouvelles actions. Ce n'est pas le cas des obligations échangeables ou synthétiques.

Manière efficace de réduire le risque d'un portefeuille. TreeTop AM est partisan d'une diversification sélective, non d'une diversification tous azimuts qui conduit inévitablement à de piètres performances.

Processus d'évaluation de la valeur théorique d'une action en actualisant le flux de dividendes futurs attendus, et en pondérant ces derniers en fonction du risque inhérent à cette valeur. Par souci de simplification, on considère généralement que le taux de distribution du bénéfice (pay-out) sous forme de dividende est constant et l'on prend donc en considération le taux de croissance des bénéfices attendu à long terme (LTG) par les analystes. Et... miracle, ces données existent sous forme de consensus, que nous utilisons dans notre évaluation trimestrielle en les adaptant en fonction de notre degré de conviction sur la croissance future des sociétés concernées.

Concept proche, mais plus scientifique, de la durée de vie moyenne d'une obligation en général, et d'une convertible en particulier. Certains pensent, mais n'ayons pas peur de qualifier cette croyance d'ânerie, que, plus la durée de vie et donc de convertibilité d'une OC est longue, plus grande est la chance d'accéder enfin à la conversion. Ce n'est pas totalement faux, mais c'est oublier d'abord l'aphorisme génial de Keynes ("à long terme, nous sommes tous morts..."), ensuite que les marchés et les valeurs ne vont pas toujours dans le sens que nous prévoyons. C'est bien pour cela que TreeTop AM préfère les convertibles aux actions et applique en outre une discipline stricte en matière de duration: pas plus de 5 ans en principe afin d'être fidèle à notre sacro-saint principe de plancher obligataire solide. Si les taux d'intérêt montent en effet, ou si le crédit d'une société commence à flancher, il est évident qu'une obligation à court terme souffrira moins qu'une obligation à long terme.

E

L’effet de levier désigne l’utilisation de l’endettement pour augmenter la capacité d’investissement d’une entreprise, d’un organisme financier ou d’un particulier et l’impact de cette utilisation sur la rentabilité des capitaux propres investis. L’effet de levier augmente la rentabilité des capitaux propres tant que le coût de l’endettement est inférieur à l’augmentation des bénéfices obtenus grâce à l’endettement. Dans le cas inverse, il devient négatif.

Le montant initial d'une émission d'obligations convertibles peut diminuer avec le temps en fonction des conversions exercées. Cela affecte la liquidité (facilité de négociation) des convertibles encore en circulation.

Indépendamment de la gestion quotidienne des portefeuilles, les gestionnaires de TreeTop AM fixent chaque trimestre, après publication des résultats, des objectifs de cours pour chaque valeur en fonction de différents critères. Cette procédure permet de mieux allouer les pondérations respectives des positions en fonction de leur potentiel relatif.

G

Growth at a reasonable price. Philosophie de gestion proche des principes appliqués par TreeTop AM. Pour bénéficier de performances exceptionnelles, il importe en effet d'acheter bon marché.

H

Fonds gérés de manière active et recourant à des techniques non traditionnelles comme la vente à découvert, l'effet de levier, l'arbitrage, l'utilisation des instruments dérivés etc. Leur profil de risque englobe aussi bien des fonds très agressifs, à volatilité élevée, que des fonds conservateurs visant à assurer une performance mensuelle absolue la plus régulière possible. Ceux qui pratiquent l'arbitrage de convertibles sont souvent la contrepartie de TreeTop AM sur le marché, rôle fort utile en terme de liquidité.

 

I

Style de gestion adopté par un grand nombre de fonds et consistant à dupliquer un indice donné dans la structure et les performances du fonds. Il est vrai que, comme la grande majorité des gestionnaires font moins bien que le marché, mieux vaut ne pas promettre la lune et suivre avec discipline un objectif bien ciblé. Populaire dans la deuxième moitié des années 90 où les grandes valeurs composant les grands indices ont connu des performances exceptionnelles, cette stratégie s'est révélée désastreuse dans le dégonflement de la bulle. TreeTop AM applique délibérément une stratégie opportuniste et non indexée, très complémentaire dès lors pour des portefeuilles qui auraient pour vocation d'être indexés.

L

La vitesse à laquelle un actif financier peut être liquidé. Dans le cadre d'une société, il s'agit de la disponibilité de liquidités, qui peuvent être utilisées pour honorer le paiement de ses obligations à temps ou pour financer de nouveaux projets. Dans un sens plus large, il s'agit de l’importance des marchés financiers d'un pays : on parle d'un marché liquide lorsque le nombre de transactions est élevé, ce qui permet d'acheter et de vendre en influençant au minimum le cours.

M

Style de gestion fortement dépendant de prévisions à court terme concernant les marchés et les valeurs: un genre difficile ! Les convertibles, grâce à leur faible risque, permettent d'évacuer ce problème en étant pleinement investi en permanence et en concentrant l'analyse sur la sélection des titres (stock picking).

Phase d'accélération, à la hausse ou à la baisse, d'une tendance. TreeTop AM attache beaucoup d'importance à la détection de ce phénomène qui permet de confirmer ou d'infirmer les choix de titres effectués. Nous distinguons deux types de momentum :

  • Le momentum fondamental est alimenté par les révisions haussières ou baissières de bénéfices par les analystes et de surprises positives ou négatives au moment de la publication des résultats (earnings surprise).
  • Le momentum technique trouve sa confirmation dans un simple graphique de cours où l'on peut observer une tendance systématiquement haussière ou baissière (fermeté relative, orientation des moyennes mobiles). Précisons que jamais TreeTop AM ne va prendre une décision sur simple base graphique, mais que le graphique (reflet de l'ensemble des opérateurs) donne une information qui conforte ou alerte par rapport à un choix fondamental.
N

Note de solvabilité attribuée aux émetteurs d'emprunts par les agences spécialisées (S&P et Moody's pour citer les deux plus connues). Beaucoup de convertibles ne disposent pas d'une telle notation. Le critère le plus relevant pour juger de la qualité de leur signature est le credit spread utilisé par les professionnels.

O

Obligation automatiquement convertible à l'échéance (mandatory convertible). Nous n'investissons quasi jamais dans ce type de convertibles, dont l'absence de remboursement garanti à l'échéance nous prive du précieux support du plancher obligataire. Sur le plan technique, le comportement d'une OAC est similaire à celui d'une action préférentielle, et donc beaucoup plus étroitement lié au cours de l'action sous-jacente.

Obligation émise par un intermédiaire financier, échangeable en actions d'une autre société. Ce produit peut être créé sur mesure en fonction des desiderata du client. L'intermédiaire assure le marché secondaire du titre, dont l'évaluation dépend essentiellement de 3 variables: le delta (sensibilité aux fluctuations de cours du sous-jacent), la volatilité et les taux d'intérêt. Cette technique ouvre considérablement le champ d'investissement en convertibles.

Obligation convertible en actions d'une autre société que celle de l'émetteur, dans laquelle il détient une participation. Il n'y a donc pas d'émission d'actions nouvelles en cas de conversion et donc pas de dilution.

Emprunt émis par une société, avec des conditions de taux d'intérêt et de remboursement à l'échéance convenues au moment de l'émission, et dont le porteur peut demander la conversion en actions à un cours prédéterminé. Une obligation convertible peut en fait être décomposée en deux parties: une obligation ordinaire et une option d'achat sur le sous-jacent action. Toutes les variantes sont possibles: taux fixe, variable ou nul ; conversion en actions de l'émetteur ou d'une autre société (obligation échangeable); clauses de remboursement anticipé au gré de l'émetteur (call) ou du porteur (put); clauses particulières en cas de dividendes exceptionnels, d'attribution d'actions gratuite, d'OPA, etc. La lecture du prospectus d'émission est un véritable parcours du combattant que l'on réservera aux professionnels aguerris... Heureusement, il existe des banques de données très performantes comme Bloomberg.

Obligation convertible (française) échangeable, au choix de l'émetteur, en actions nouvelles ou existantes.

Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPC en abrégé). Terme générique européen couvrant à la fois les SICAV (Sociétés d'Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Communs de Placement). Dans l'UE, ces OPC sont soumis aux directives européennes. La dernière en date (2004) concerne les fonds paneuropéens intitulés UCITS (Undertaking for Collective Investment schemes in Transferable Securities), commercialisables dans l'ensemble de l'Union Européenne.

P
  • Prix au pair, taux au pair. Un terme qui indique que le cours d'un titre est égal à son nominal ou à sa valeur faciale.
  • Valeur au pair. La valeur d'un titre qui correspond à ce qui est imprimé sur le titre (c'est-à-dire sa valeur faciale ou nominale). Elle indique aussi la valeur à l'échéance, c'est-à-dire la valeur que l'émetteur à convenu de payer à la date d'échéance du titre.

Ou contenu action de l'obligation convertible. Elle correspond au cours actuel de l'action divisé par le cours de conversion , exprimé en pourcentage. Exemple: Teva Pharmaceutical 0.25% 2010 est convertible au cours de USD 35.26. Le cours actuel de l'action est de USD 30.08. La parité est de (30.08 : 35.26) = 85.31%, que l'on peut comparer au cours actuel de l'obligation convertible de 99.50% pour obtenir la prime de conversion. Si l'obligation convertible est libellée dans une devise différente de la devise de cotation de l'action, il faudra tenir compte des taux de change (celui fixé dès l'émission pour le cours de conversion et le taux actuel pour le cours actuel de l'action).

Appelé également multiple (PER ou Price-Earnings Ratio en anglais), ce ratio donne le taux auquel une entreprise capitalise son bénéfice annuel. Il constitue une indication de la cherté relative d'une action. Exemple : si le cours est de 100 et le bénéfice par action (BPA en français, EPS en anglais) de 8, le PER est de 12.5. En règle générale, ce ratio est influencé par le secteur et la qualité de la valeur: ainsi les valeurs de croissance auront des multiples plus élevés que les valeurs cycliques. Une accélération du taux de croissance (momentum) conduit normalement à une réévaluation du PER qui a un effet multiplicateur sur le cours boursier, un des thèmes favoris de TreeTop AM. L'inverse du PER constitue le rendement bénéficiaire d'une action, que l'on peut comparer au rendement d'une obligation.

Ou contenu obligation de la convertible, ou valeur nue, c'est plus poétique... Connaissant le taux d'intérêt et l'échéance d'une obligation convertible, il est facile (surtout avec la machine adéquate) de calculer le cours auquel devrait se traiter cette obligation si elle n'était pas convertible. Il suffit d'appliquer le rendement actuel d'un emprunt d'Etat de même échéance, d'y ajouter le credit spread correspondant à la signature de la société et l'on obtient le cours en-dessous duquel cette obligation ne peut pas tomber si l'action baisse dans un environnement de taux inchangé, et sans détérioration significative de la qualité de l'émetteur. Cette notion est essentielle pour comprendre l'effet amortisseur de risque des convertibles.

Exemple: SK Telecom 0% 2009 en USD cote 107.50% et est remboursable en 2007 au gré du porteur ( put ) à 103.81%. Compte tenu d'un credit spread de 30 bps, et d'un rendement d'emprunt d'Etat de 3.60% sur la même échéance, le plancher obligataire se situe à 95.14%, soit un risque de - 11.50% par rapport au cours actuel de 107.50%. En règle générale, TreeTop AM sélectionne des convertibles dont la distance au plancher obligataire est de maximum -15%, au moment de l'achat.

Ecart, exprimé en pourcentage, entre le cours actuel de l'obligation convertible et la parité . Il s'agit en fait du surcoût que l'investisseur accepte de payer par rapport au cours actuel de l'action afin de bénéficier d'une protection de son capital. Exemple : Teva Pharmaceutical 0.25% 2010 est convertible au cours de USD 35.26. Le cours actuel de l'action est de USD 30.08. La parité est de (30.08 : 35.26) = 85.31%. Si le cours actuel de l'OC est de 99.50%, la prime de conversion sera de (99.50 - 85.31) : 85.31 = 16.63%. En règle générale, TreeTop sélectionne des convertibles dont la prime de conversion ne dépasse pas 25% au moment de l'achat.

Clause optionnelle prévue dès l'émission d'une obligation convertible et autorisant le souscripteur à demander le remboursement anticipatif de l'emprunt. Cette clause est très intéressante pour le souscripteur car elle raccourcit la durée d'exposition au risque (via le plancher obligataire qui sera d'autant plus haut que l'échéance est courte), tout en gardant la possibilité de conserver la convertible plus longtemps si l'on croit au potentiel de l'action. Un même emprunt peut offrir plusieurs puts à des échéances différentes, ou - comble de sadisme - combiner ces derniers avec des calls.

R

Nombre d'actions obtenues, lors de la conversion, par unité de valeur nominale. Si l'on divise la valeur nominale par le rapport de conversion, on obtient le cours de conversion.

Relation qu'il convient de tenter de chiffrer, préalablement à tout investissement. Dans le cas des obligations convertibles, la tâche est grandement facilitée grâce aux notions de plancher obligataire (risque) et de prime de conversion. En effet, si cette dernière est suffisamment basse, le degré de participation à la hausse de l'action sera élevé.

Voir notation.

Voir call et put.

Il existe plusieurs notions de rendement. Le rendement courant s'obtient en divisant le taux d'intérêt annuel par le cours actuel d'une obligation convertible. Le rendement à échéance tient en outre compte de la plus ou moins-value réalisée à l'échéance entre le cours actuel et le cours de remboursement. En cas de clause de remboursement anticipé, on parlera de rendement sur call ou de rendement sur put. La notion de rendement global, que nous préférons appeler return comme les anglo-saxons pour éviter toute confusion, est différente : il s'agit, sur une période de temps donnée, de la performance globale d'un titre en additionnant plus-value et revenus encaissés. TreeTop AM n'applique pas de critère de rendement minimum dans le choix des convertibles: seule importe la distance au plancher obligataire en terme de risque, qui résulte d'un bon couple rendement / duration.

Ou Return On Equity (ROE). Rapport entre le bénéfice net et les fonds propres (capital + réserves) d'une entreprise. C'est un bon critère pour juger de la bonne utilisation par le management des capitaux mis à sa disposition par les actionnaires. Un ROE de 15 nous semble un minimum pour justifier le risque pris par le capital.

Performance globale, sur une période de temps donnée, d'un titre en additionnant plus-value et revenus encaissés.

Nous préférons les qualifier de «perverse convertible»... Il s'agit d'obligations à haut rendement dont la valeur de remboursement est liée, au gré de l'émetteur, à l'évolution du cours d'un sous-jacent action ou indice. Cela revient techniquement à détenir une obligation assortie d'une vente à découvert d'une option put, ce qui est hautement spéculatif. C'est donc précisément l'inverse de ce que nous aimons dans les convertibles: un potentiel de hausse illimité pour un risque limité. Les acheteurs de reverse convertibles ont choisi (le plus souvent inconsciemment...) un potentiel limité pour un risque illimité. Prions pour ces pauvres brebis égarées...

Notion éminemment subjective. Beaucoup de gens confondent le risque réel et la perception du risque: il y avait, au sommet de la bulle financière au début 2000, un risque objectif de baisse importante alors que la perception du risque était anormalement basse (euphorie). La mesure statistique du risque de fluctuation de cours, appelée volatilité, ne rend compte que d'une facette du risque. Notre approche considère qu'il y a de bons et de mauvais risques. La diversification constitue une manière efficace de réduire le risque, à condition qu'elle s'effectue entre actifs non trop corrélés entre eux. Voir le chapitre gestion des risques.

S

Société d'Investissement à Capital Variable. Contrairement aux fonds fermés (closed-end fund) les souscriptions et les rachats s'effectuent non en fonction d'un prix fixé par l'offre et la demande mais à leur valeur nette d'inventaire (VNI ou NAV, Net Asset Value), généralement calculée à une fréquence quotidienne ou hebdomadaire. Il existe une grande variété de SICAV en fonction de leur stratégie d'investissement et de leur contenu (actions, obligations, trésorerie, diversifiées, alternatives,...). Elles peuvent distribuer ou capitaliser les revenus.

Action dans laquelle peut s'effectuer la conversion d'une obligation convertible. Il s'agit normalement des actions de l'émetteur mais également des actions d'une autre entreprise (obligations échangeables ou synthétiques).

Style de gestion centré sur la sélection des valeurs et non sur la conformité d'un portefeuille avec des indices boursiers. Cette approche est souvent qualifiée de bottom-up (par opposition à l'approche top-down), signifiant ainsi que la construction des portefeuilles est opportuniste et part de l'analyse des mérites individuels des entreprises et non de prévisions macro-économiques débouchant sur des choix stratégiques. C'est clairement l'option choisie par TreeTop, qui attache toutefois une attention particulière à la détection de thèmes sectoriels porteurs.

T

Approche systématiquement utilisée par TreeTop AM, afin de détecter des tendances lourdes dans des créneaux porteurs et d'y choisir les valeurs-clés. Les sicav gérées par TreeTop AM ont ainsi pu profiter de thèmes sectoriels intéressants comme Internet (Softbank 1999), les jeux vidéo (Eidos 1999), la photo digitale (Asia Optical 2003/2004), les téléphones portables et mémoires flash (Samsung 2003/2004), les smart phones (High Tech Computer 2005). Il importe de suivre de très près ce genre d'investissement (en particulier dans les secteurs technologiques) car les accidents boursiers y sont nombreux et il importe de savoir sortir à temps: la Roche Tarpéienne est proche du Capitole...heureusement les convertibles sont munies d'un bon parachute !

On peut en distinguer trois, suivant leur nature.

  • La convertible de type action : se caractérise par une faible prime de conversion (< 10%) et un risque élevé (> 15%) par rapport au plancher obligataire.
  • La convertible de type obligation : prime de conversion élevée (> 50%) et faible risque (< 5%) par rapport au plancher obligataire.
  • La convertible de type mixte: prime de conversion moyenne et risque moyen.

Les nouvelles émissions sont généralement de type mixte et, sur le marché secondaire, c'est dans cette catégorie que se trouve pour TreeTop AM le réservoir de convertibles candidates à l'achat. Une convertible mixte qui a "réussi" devient de type action: c'est le scénario idéal. Nous n'hésitons pas à laisser courir les gains dans ce cas. Si nous nous trompons (cela arrive...), elle devient de type obligation et nous n'hésitons pas à la vendre, avec une légère perte, lorsque sa prime de conversion dépasse 50%.

U

Undertaking for Collective Investment schemes in Transferable Securities. Voir OPCVM.

V

C'est l'unité de cotation d'une obligation convertible. La plupart des pays l'expriment en milliers d'unités monétaires (USD 1000 par exemple, avec cotation en %), tandis que certains pays d'Europe (France) pratiquent une valeur nominale unitaire par action.

Voir plancher obligataire.

Opération extrêmement spéculative qui consiste à vendre une valeur en anticipant une baisse et la racheter plus tard dans le but de réaliser une plus-value. Les particuliers vendront avec un règlement différé, tandis que les professionnels emprunteront la valeur, le titre ou la commodité moyennant intérêts. Les professionnels vendent ensuite la valeur, le titre ou la commodité en espérant le racheter et le rendre au préteur, le tout à un prix inférieur. Un investisseur est short sur un actif lorsqu’il le vend sans le posséder.

Valeur Nette d'Inventaire ou valeur liquidative (NAV ou Net Asset Value en anglais). Valeur obtenue en divisant l'actif net d'un OPCVM par le nombre de parts en circulation. C'est sur base de cette valeur que s'effectuent les souscriptions ou les rachats.

Indicateur mesurant l'amplitude de la variation de cours d'un actif financier (et donc de son risque de fluctuation) sur une période donnée. La volatilité de l'action sous-jacente est un des éléments déterminants de la valorisation des obligations convertibles. TreeTop AM lui accorde une valeur très relative, dans la mesure où ses gestionnaires ne pratiquent pas d'arbitrage et sont davantage préoccupés par le moyen terme que le court terme. Il faut toutefois souligner qu'une volatilité élevée est l'amie des convertibles: puisque le risque des convertibles est par nature limité à la baisse, reste le bon risque: celui de la hausse.